Rencontre avec Cathy Lida

RENCONTRE AVEC CATHY LIDA

 Aujourd'hui, nous partons à la rencontre d'une jeune femme dynamique et déterminée ! Découvrez Cathy Lida, entraineur des Cadettes 2, qui a bien voulu répondre à nos questions. Sans langue de bois et avec du punch ... Portrait !

 

Portrait


 

  - Cathy, avant que l'on découvre ton parcours et qui tu es vraiment, peux tu te présenter à l'ensemble de nos lecteurs ...

Bonjour à tous,  je m’appelle Cathy Lida, je suis née au siècle dernier (rires) à Chambéry, en Savoie. Je coache les cadettes 2 à l’ASV et suis également formatrice anglais à mon compte via ma société Learn’N’Speak.

- Avant l'entraineur et la femme active que tu es aujourd'hui, tu as été joueuse avec un parcours remarquable. Peux-tu nous le décrire ?

J’ai commencé le basket à la Motte-Servolex à l’âge de 11 ans ; c’est là que j’ai été sélectionnée en équipe Départementale puis Régionale (2 années au Pôle Espoir de Voiron  avec 2 titres de Championne de France à la clé). Ensuite, j’ai intégré le groupe Espoir de Challes-les-Eaux puis l’effectif de Ligue avec lequel j’ai participé aux déplacements en Coupe d’Europe. Ensuite, faisant mes études sur Grenoble,  j’ai muté à La Tronche en N2 ; nous sommes montées en N1B. L’année suivante, je suis partie aux USA où je suis restée 5 ans. Tout d’abord, j’ai joué à NCCC où j’ai obtenu des titres honorifiques personnels (All-Conference, MVP…) puis TVCC (Championne NJCAA des Etats-Unis) et enfin l’Université de Houston (WNIT…). Pour ma dernière année aux Etats-Unis,  j’ai été sélectionné d’abord par les Houston Stealths puis par les Houston Flights, 2 équipes semi-professionnelles (4 matches par semaine)  Je suis ensuite rentrée en France,  pour jouer à Lyon Basket Féminin en N1 (ligue 2 de maintenant). Malheureusement nous sommes descendues un an en N2 mais, après avoir été championnes de France nous sommes remontées en N1 (ligue2 actuelle). J’ai fini ma carrière par un passage de quelques mois à La Tronche et me suis entrainée un temps à Meyzieu avant de me faire définitivement mal au genou.

 

 - Quel est ton meilleur souvenir basket ?

Sans hésiter : mon année à Trinity Valley Community College, une saison comme on en fait rarement à 36 victoires et 0 défaite avec un titre de Championne NJCAA des USA à la clé. Cela restera gravé à jamais dans mon esprit. C’était une année vraiment spéciale : Coach Budke nous avait annoncé clairement notre objectif final et pas une fois nous n’en avons dévié. Il nous en demandait toujours plus (si l’on gagnait de 10 points alors il aurait fallu gagner de 20) mais toujours en restant cohérent et respectueux. Cela fut une merveilleuse aventure qui nous a permis de tisser des liens indéfectibles. Je tiens à lui rendre hommage car il nous a quittés récemment dans un tragique accident d’avion.

- Quelle était ton action favorite sur le terrain ?

J’ai envie de dire que mon action favorite a évolué en même temps que mon niveau de jeu et mon âge (rires). Un jeu percutant tout en drive jusqu’à ma dernière année aux US. Là-bas j’ai également amélioré mon tir à 3pts. Et puis en rentrant en France, accusant l’accumulation de blessures et douleurs chroniques,  je me suis petit à petit adaptée en privilégiant plus le tir extérieur.

- L'envie de rechausser tes baskets ne te "titille" pas quelquefois?

Pas du tout !! I still love the game mais honnêtement je n’ai plus envie de parcourir la France de long et en large dans un bus le weekend !! Et je pense que ce qui me manque le moins est l’échauffement d’avant-match ! Dans mes dernières années, ça devenait vraiment une contrainte, tout comme supporter les égos de certains coaches  !

 

Les cadettes de l'ASV


- Tu es coach de l'équipe Cadettes 2. Depuis combien de temps les entraines-tu et comment décrirais-tu ton équipe ?

C’est la 1ère année que je coache l’équipe Cadette,  mais j’ai déjà eu certaines des filles en Minimes. Je suis en binôme avec Alexandra THOS. L’équipe est très sympa, avec des filles intéressantes et intelligentes, mais aussi très hétérogène avec des priorités différentes. Certaines jouent pour gagner et d’autres pour se faire plaisir. Je dirais que dans la majorité, les filles manquent d’esprit de compétition et c’est très, très, très frustrant pour Alex et moi-même.

- L'objectif de te qualifier en Région n'a pas pu se faire. Qu'en est-il dans cette nouvelle poule ?

En début de 2ème phase, nous avions défini notre objectif en accord avec les filles, celui de terminer dans le trio de tête, voire clairement à la 1ère place. Nous en sommes très loin à l’heure actuelle. Il est vrai que nous avons eu certains déboires (cf match au PHL) mais les filles sont très en deçà de nos attentes. Elles semblent ne pas avoir conscience de ce qu’implique un sport d’équipe : un entrainement ou un match est vite annulé pour cause d’anniversaire, de ski ou de goûter mal digéré, pénalisant ainsi le reste du groupe. Une fois sur le terrain, rares sont celles qui se donnent à 200%. Nous attendons toujours une réaction du groupe et un effectif complet sur tous les matches car nous sommes largement capables de beaucoup mieux !!

- Comment as-tu rejoins les rangs de l'ASV ?

Je voulais tester le coaching  pour voir si cela me plaisait ou non et j’en ai donc parlé autour de moi. L’ASV recherchait justement quelqu’un. C’est donc Lionel SORLUT qui m’a donné cette opportunité.

- Entrainer est un plaisir pour toi. On pourrait même dire que c'est plutôt naturel ! As-tu envie d'entrainer à plus haut niveau ?

En fait, ce n’est pas une partie de plaisir tous les jours !! Un vrai dilemme se pose : entrainer à plus haut-niveau signifie plus d’investissement personnel et plus de temps passé dans le gymnase et sur la route ; par contre, discipline et esprit de compétition sont plus présents chez les joueuses, ce qui facilite la tâche du coach. Cet esprit fait défaut à plus bas niveau : certaines filles comme certains parents d’ailleurs considèrent le basket comme une activité à la carte sans penser à l’équipe. C’est ce que j’ai le plus de mal à gérer et intégrer parfois. Même si on me pousse à passer mes diplômes, pour l’instant je n’ai pas le déclic…

- Quel est le message que tu essaies de faire passer à tes joueuses au travers du basket ?

Avec Alex (Alexandra Thos) on essaie de leur faire comprendre que faire partie d’une équipe est un véritable ENGAGEMENT…vis-à-vis d’elles-mêmes, mais aussi vis-à-vis de leurs coéquipières, des dirigeants, des encadrants et du public. Egalement que le sport implique un DEPASSEMENT DE SOI. Comprendre que perdre contre plus fort est acceptable si on a joué à 200%.  Mais perdre contre une équipe plus faible en jouant à 50% est tout simplement inadmissible…

J’ai envie de citer Michael Jordan « Si vous rentrez dans un mur, n’abandonnez pas. Trouvez un moyen de l’escalader, le traverser ou le contourner ».

« Si vous rentrez dans un mur, n’abandonnez pas. Trouvez un moyen de l’escalader, le traverser ou le contourner » Michael JORDAN ...

 

Femme active


 

- Il n'y a pas que le basket dans la vie ! Que fais tu dans ta vie professionnelle ?

Je suis formatrice en langue anglaise. J’ai créé mon entreprise « Learn’N’Speak » en 2006.

- Se lancer à son compte n'est pas toujours facile. Peux-tu nous présenter ton "entreprise" en quelques mots ?

C’est vrai que ce n’est pas facile tous les jours ! Il y a l’avantage de pouvoir travailler comme on l’entend sans patron pour vous donner d’ordres. Par contre, cela génère beaucoup de stress car il faut toujours assurer un chiffre d’affaire, tomber malade le moins possible, anticiper, gérer, démarcher etc…

Je donne des cours d’anglais en entreprise (via le Droit Individuel à la Formation), en Centre de Formation (CFA de l’ASVEL, de l’OL) mais aussi à des particuliers…en fait à tous ceux qui veulent progresser en anglais ! La population d’apprenants est très variée et de fait très enrichissante.

J’adore vraiment mon métier, et je peux honnêtement dire que je m’éclate dans ce que je fais !

- Que pouvons-nous te souhaiter pour la suite ?

Du bonheur car cela englobe tous les domaines !

- La tradition l'exige, nous te laissons page blanche pour écrire le mot de la fin ...

Merci pour cet interview et longue vie à l’ASV !

Cliquez sur l'image pour vous rendre sur la page Learn'N'Speak
ce site a été créé sur www.quomodo.com